Découverte de la Californie à moto

 

Roadtrip moto en Californie : Thierry Traccan, pilote moto partenaire de Club 14 nous raconte sa découverte de Los Angeles à bord de sa moto Triumph Tiger.

Partie 2 : Virée moto à l’américaine, entre dépaysement et démesure

L’actuelle Triumph Tiger 900 Rally qui met en avant une incontestable proposition de polyvalence. En parlant de polyvalence, pour tout dire, on aurait même pu aller à la montagne, les premières stations de ski californiennes (les monts San Gabriel culminent à 1 548 mètres) n’étant qu’à 2 heures de route de L.A., de quoi pouvoir faire du ski le matin et se baigner l’après-midi… Y’a pire comme endroit… Pour cette fois, je m’en tiens à frôler le sable. Juste la plage, et ces routes qui les longent parfois de manière totalement rectiligne, parfois qui montent et descendent, virevoltant dans une farandole de courbes qui leurs donnent l’allure d’un joli toboggan. Pas de quoi s’ennuyer, mais l’obligation de rester concentré.

Un trafic très soutenu s’étire sur de larges 6 voies (parfois 7), mais heureusement, comme en France, l’inter-file y est autorisée. Mieux, les motards ont droit à un traitement de faveur : le droit d’utiliser la file toute à gauche, la fameuse « car pool », cette voie réservée aux automobiles à condition que l’habitacle soit occupé par au moins deux personnes. Et comme les américains - dans une immense majorité - roulent seuls dans leur voiture, autant dire que cette voie permet de conserver une meilleure fluidité dont on profite le sourire sous le casque.

Autre similitude avec la France, la possibilité de remonter les files quand les voitures sont arrêtées, à la seule condition de le faire à allure raisonnable. Une particularité californienne qui ne se vérifie pas dans tous les états, à l’image du Nevada voisin par exemple. Et si on se dit qu’en janvier, avec 20° ambiant, patienter à l’arrêt n’est pas franchement désagréable, on imagine bien qu’en plein été, quand le thermomètre s’approche ou dépasse les 40°, ce n’est plus la même histoire…

C’est avec cette réflexion que l’on quitte les grands axes pour rejoindre, via la « California State Route 1 », Laguna beach, notre première halte au sud de Los Angeles. « L’Highway 1 » (son autre nom) qui suit le Pacifique sur plus de 800 km, méritant le titre de « California Dream Road ». On ne pourra en parcourir, faute de temps, qu’une portion (une bonne centaine de kilomètres), mais déjà l’occasion de rentrer dans une superbe carte postale.

De Laguna beach, on peut profiter du Pacifique depuis la plage, mais aussi depuis les hauteurs. Quelques petits kilomètres à l’intérieur des terres en tirant des caps au milieu des nombreux lotissements résidentiels, et on rejoint un point de vue qui nous offre un bel aperçu de la majesté de cet océan.

Juste à côté, un départ dans un massif où quelques vététistes s’en donnent à cœur joie. Ça grimpe pas mal, et pourtant les VTT électriques y sont interdits. Pourquoi ? C’est certainement ce que se demandent deux locaux sur leurs VTT – électriques – qui nous saluent en s’engouffrant dans le premier single. Je vois bien que ma Tiger 900 aimerait les y rejoindre. Elle en possède tous les arguments, et si son appellation Rally est certes un peu présomptueuse, ses larges débattements, ses pneus à crampons et son trois cylindres souple et progressif ne seraient en rien décalés rapport à ce que la topographie du terrain propose.

On décide d’y faire une toute petite incartade, histoire d’immortaliser le moment en frôlant les cactus, et de repartir sur un filet de gaz, et sur la pointe des pneus. Un vrai trail qui ne sera à la peine que dans des terrains trop escarpés, ou dans du sable très mou, trop mou, du sable de plage par exemple… Nous n’aurons pas tenté l’aventure de ce côté des USA. Pour s’y adonner, il faudrait se rendre sur la côte Est, du côté de la Floride et de Daytona par exemple où il est toujours permis de le faire, surtout à marée basse quand l’océan Atlantique laisse place durant quelques heures à un sable dur très porteur.



Lire la partie 3


*Photos : Olivier de Vaulx

 

 

A lire aussi